Existant en HO chez Jouef et LSModels, le Dms n'a fait l'objet - en N - que d'une "étude de style" par la maison WABU. Sa diffusion très confidentielle a fini par rendre ce véhicule hors de la portée financière du commun des mortels alors qu'une demande assez importante s'est fait ressentir après la commercialisation d'une nouvelle série de voitures RIC par KATO.

l'ancien modèle de Dms par WABU

le Dms de WABU, (c) sNs

En janvier 2012, un artisan suisse se propose de réaliser une nouvelle série de Dms sans savoir que MW Modell avait aussi ce véhicule en ligne de mire. Au mois d'octobre, le producteur allemand reste finalement le seul à proposer le fourgon à une clientèle de plus en plus demandeuse. Une commercialisation est annoncée pour fin 2013 ou début 2014 et l'attente commence...

descriptif technique du Dms RIC

descriptif techniques de base du Dms RIC des CFF

Quelques mots sur le véhicule original... Le Dms RIC a été produit au milieu des années 70 (la mise en service officielle est 1977) à 20 exemplaires immatriculés 51 85 92-70 000 à 019. Engagés prioritairement en trafic international, ces fourgons, ne trouvent cependant qu'une utilité restreinte qui va entraîner une durée de vie assez courte. Alors que les voitures du même type poursuivent leur carrière à l'heure actuelle, la plupart des Dms ont été démolis et il n'en reste qu'un ou deux exemplaires encore en état de circuler.

Ces fourgons n'ont jamais reçu le nouveau logo CFF de même que d'autres livrées que l'originale. Le Dms est équipé de bogies Schlieren limitant sa vitesse maximale à 160 km/h, ce critère est naturellement un des facteurs ayant aussi entraîné son retrait sur certains trains internationaux circulant à 200 km/h.

le Dms en cotes

le schéma avec cotes tiré du livre sur les voitures CFF

Basé sur le châssis des voitures KATO, le véhicule produit par Michael Werning est proposé en deux variantes de couleurs, une se base sur le vert CFF original alors que la seconde est conforme à la teinte déjà choisie par le fabricant japonais pour les voitures, ceci afin de présenter une certaine homogénéité aux rames des futurs acquéreurs. Pour un prix situé entre 170 et 185 francs, selon la provenance, on se trouve en présence d'un véhicule aux proportions parfaites et dont les détails respectent l'original en tous points.

Dms MW-Modell out from ze box

le Dms MW-Modell

Alors que le véhicule produit par WABU portait l'immatriculation 51 85 92-70 013-3, celui de MW-Modell se termine par 008-3. Outre les flancs qui étaient intégralement à revoir, les extrémités ont été refaites pour intégrer les portes originales de type "rideau". Le châssis a aussi été modifié pour refléter correctement l'emplacement des caissons techniques. Les bogies d'origine KATO n'ont pas été modifiés et la qualité de leur roulement est comparable au reste des véhicules de la gamme.

les bas de caisse du Dms et d'une RIC Kato

les dessous des caisses d'une voiture KATO (en haut) et du Dms (en bas) laissent voir les quelques modifications effectuées par MW-Modell sur le châssis original.

Le toit a été refait afin que l'aérateur supérieur soit présent et que les latéraux disparaissent. On notera aussi l'ajout des escaliers situés sous les portes latérales et surtout les petits marche-pieds présents sous la principale porte coulissante (non fonctionnelle sur le modèle...) dont deux pièces supplémentaires sont fournies afin d'équiper la seconde porte, ceci à l'unique condition que le véhicule soit ensuite définitivement transformé en véhicule d'exposition. En effet, la présence de ces deux pièces rendrait tout mouvement du bogie impossible. On pourra toutefois les conserver en cas de bris de celles présentes à l'origine.

Pour l'amateur, et je ne parle naturellement pas du spécialiste éclairé, se pose la question suivante : "dans quelle composition vais-je bien pouvoir mettre ce fourgon ?". Dans la bonne logique des choses on dira : avec du matériel correspondant, donc des voitures RIC KATO. Mais si on désire une composition attestée par les connaisseurs on se rabattra, par exemple, sur celle de l'Eurocity "Arbalète" (Paris-Zürich) qui comprenait des voitures de type Apm et Bpm en livrée EC que j'appelle bigrigio (clin d'oeil à nos amis italiens) avec parfois une voiture restaurant et naturellement un Dms comme sur la photo ci-dessous.

EC Arbalète avec Dms

l'EC Arbalète, en mars 1997 sur le parcours français

Au prix d'un investissement tout de même assez important, l'amateur de véhicules d'époque IV et V se retrouve en possession d'un fourgon dont le tirage est limité mais qui manquait à la réalisation de certaines rames mythiques des années 90 - début 2000. Le Dms MW-Modell m'a paru suffisamment bien fini pour me convaincre d'investir dans d'autres réalisations que j'attends avec grande impatience en espérant que la qualité soit toujours au rendez-vous.