BERNE (ATS)


Dès 2015, le réseau des CFF sera géré à partir de trois grands centres d'exploitation basés à Lausanne, Olten (SO) et Zurich. Deux plus petits centres seront situés à Bellinzone et à Spiez.

Dans quelques semaines débutera la réalisation des travaux des centres de télécommande d'Olten et Zurich. A Lausanne, la construction est prévue pour 2007. A noter que les petits centres de Bellinzone et de Spiez sont déjà en fonction. Le but de cette opération est de regrouper les tâches de dispositions (ordres) et opérationnelles (exécution).

Un peu plus de 170 millions de francs seront nécessaires à la construction de nouvelles installations pour Olten et Zürich alors qu'à Lausanne les locaux sont déjà existants et ne devront donc qu'être transformés et équipés.

Lausanne gèrera l'ensemble du trafic ferroviaire en Suisse occidentale. Zurich s'occupera de l'agglomération zurichoise et de la Suisse orientale. Olten dirigera quant à lui le trafic du Mittelland et des axes NLFA du Saint-Gothard et du Lötschberg.

Grâce à la poursuite de l'automatisation des gares jusqu'en 2015, il serait techniquement possible de télécommander l'entier du réseau - 3000 kilomètres de ligne et 750 gares - depuis un seul centre. La solution des trois grands centres permet cependant de réagir plus rapidement et de réduire les répercussions négatives dans l'horaire.

En cas de panne, cela évitera aussi un blocage généralisé du trafic ferroviaire. Le centre d'Olten pourrait ainsi reprendre en tout temps les commandes de celui de Zurich. Les CFF ont également voulu prendre en considération les besoins du personnel et le respect des langues nationales.

Le syndicat du personnel des transports (SEV) a immédiatement réagi à cette décision. Selon le SEV, "une centralisation extrême de la gestion de l'exploitation telle que voulue par les CFF provoquera une perte importante du savoir-faire ainsi que des connaissances locales". Le syndicat demande donc au CFF de conserver les quinze centres de télécommande qui subsisteront à la fin de l'automatisation. Ceux-ci devraient alors former les futures centrales d'exploitation.

© SDA-ATS News Service