Comme certains d'entre vous le savent, je m'intéresse - de par mes origines - aux chemins fer espagnols qui vivent depuis près de 25 ans une mutation assez extraordinaire en terme d'infrastructures. On est en train de passer de convois poussifs à des TGV ultra-rapides en construisant de nouvelles lignes aux normes UIC et, par conséquent, en abandonnant progressivement l'écartement de 1668 mm utilisé encore en de nombreux endroits du pays.

Les travaux sont titanesques et mobilisent d'importants moyens financiers dont le pays manque pourtant cruellement depuis que les problèmes de dette sont apparus dans la zone euro. Les kilomètres de lignes nouvelles s'ajoutent pourtant les uns aux autres, semaines après semaines, car le réseau routier espagnol est au bord de l'asphyxie en de nombreux endroits et des relations ferroviaires rapides et fiables deviennent de plus en plus nécessaires.

Voici quelques mois, un pont a été mis en place sur la nouvelle transversale rapide d'Andalousie qui reliera Huelva à Almeria; ce pont passe au-dessus d'une autre ligne à grande vitesse, déjà en service celle-là, sur l'axe Cordoue-Malaga. Mais comment construire un pont sur une ligne si fréquentée ? Simplement en rippant l'ouvrage de 900 tonnes et de 86 m de portée grâce à une technique toute en finesse présentée dans l'animation vidéo ci-après...

L'armature métallique de type bow-string est d'abord déplacée latéralement jusqu'à atteindre le point définitif, ensuite elle sera lentement posée sur les piliers permettant ensuite la libération complète du dispositif de rippage.

 

 

le pont de Santa Ana lors de la mise en place

lors de la phase de mise en place, avec un AVE de la série 102 qui passe en-dessous

pont de Santa Ana, mise en place presque terminée

La mise en place du pont est terminée... il ne reste plus qu'à préparer les jonctions...

les crédits photographiques sont indiqués sur les clichés