... au terme de la foire de Nüremberg 2013 un leitmotiv semblait faire l'unanimité chez bien des fabricants : c'est clairement la fin de l'exploitation en mode analogique ! Et le simple utilisateur de se poser la question suivante : "si les fabricants misent sur le tout digital que va-t'il advenir de mon vieux matériel !"

Il est évident qu'une telle orientation sonnerait inévitablement le glas de bien des petits fabricants qui ne possèdent ni les compétences techniques ni l'outil de production permettant de passer le cap. L'analogique serait dès lors cantonné à un marché de niche d'où le digital serait banni mais où les prix pratiqués pourraient en rebuter plus d'un ! Et que penser des réseaux actuels, équipés à grands frais ces dernières années en technique analogique... Faudrait-il tout reprendre à zéro et consentir à de nouveaux investissements, parfois énormes, pour continuer à exploiter en toute quiétude ?

ci-dessous décodeur NEM 651, source trains160.com

décodeur selon NEM 651

 

Que l'on se rassure, selon moi cela n'arrivera pas... ou pas tout de suite... Qu'est ce qui motive cette belle assurance ? l'explosion des normes en digital qui complexifie le choix pour l'acheteur. Il ne se passe pas un trimestre sans que tel ou tel fabricant ne propose un nouveau décodeur ou une nouvelle interface (très souvent propriétaire). De plus, la norme NEM 651 adoptée de facto par la plupart des fabricants ne propose plus la flexibilité voulue pour répondre aux possibilités matérielles qui apparaissent régulièrement... Jusqu'à récemment la digitalisation d'une locomotive en N permettait l'attribution d'un adresse, un pilotage avec des paramètres propres, des modifications au niveau de l'éclairage en fonction du sens de marche. Actuellement on voit arriver les premiers modèles sonorisés et je pense qu'il n'y aura pas longtemps à attendre avant qu'on nous propose l'allumage de la cabine de conduite et surtout certaines fonctions qui concernent plutôt le matériel remorqué...

Pour éviter que tout ceci ne vire à la foire d'empoigne entre constructeurs, la MOROP devra certainement plancher sur une nouvelle norme qui mette tout le monde d'accord, mais dans l'intervalle on aura à coup sûr l'occasion de voir tout et n'importe quoi, surtout et y compris des amateurs déçus et qui continueront à y perdre leur latin. Finalement, l'analogique a vraiment du bon, non !?